Fonction Visuelles et RevitalVision


Ce que révèlent les examens de la vue

Ou comment optimiser ses fonctions visuelles

La vue est limitée par deux facteurs principaux : (a) la qualité de l’image transmise depuis l’œil, et (b) les processus neuronaux du cerveau, qui doivent intégrer les informations entre les différents neurones situés dans des régions cérébrales voisines. Ainsi, pour caractériser une image, le processus visuel implique la coopération de milliers de neurones – ces interactions neuronales contribuent à la fois à l’excitation et à l’inhibition. L’intégration de plusieurs parties d’images doit se faire très rapidement, dans la mesure où la première perception est presque instantanée. Les processus de l’information visuelle peuvent être limités si la première perception est inefficace, à cause d’un processus neuronal lent, ou un manque d’interactions efficaces entre les neurones.

Plusieurs études ont été menées afin d’établir un lien entre l’optimisation des processus neuronaux et donc de l’acuité visuelle notamment, et le traitement RevitalVision.

 

Test myopie et amblyopie : réduire les troubles de la vue

Il a clairement été démontré que les Fonctions de Sensibilité au Contraste (FSC) et de l’Acuité Visuelle (AV) peuvent être améliorées par le traitement RevitalVision.

La procédure de Polat et al., traitement de stimulation visuelle reposant sur l’utilisation de la tâche de Gabor, a été utilisée sur différents types de patients. Cette technique appliquée aux personnes ayant une vue normale avec ou sans correction montre une amélioration de leur acuité visuelle au-dessus de 10/10ème. Cette procédure a récemment été utilisée pour améliorer la vue des personnes atteintes de myopie légère (Tan & Fong, 2008). Ces dernières ont une vue floue sans correction optique. C’est pourquoi les FSC sont réduites surtout dans les hautes fréquences spatiales, comparées aux personnes portant une correction optique. Cette réduction de la SC rappelle celle des sujets amblyopes. Cette étude a utilisé un protocole similaire à ceux utilisés pour l’amblyopie (Polat et al., 2004) ; elle a montré que les sujets qui avaient participé sans correction modérée de la myopie avaient amélioré leur SC. Ainsi, même dans les cas où les interactions latérales sont normales (myopie légère), l’entrainement améliore la SC.

L’entrainement des petits myopes avec des exercices renforçant les interactions latérales a aussi montré une amélioration de l’AV (Tang & Fong, 2008). Ainsi, l’entrainement peut être généralisé aux tests de reconnaissances des lettres (AV), un effet qui conforte les relations entre les exercices perceptuels et la reconnaissance des lettres.

Amélioration des fonctions visuelles pour d’autres troubles ou maladies oculaires

En plus de l’amblyopie et de la myopie, plusieurs autres conditions causant une réduction de l’AV furent étudiées.

Les patients atteints de presbytie ont montré une amélioration de 1,5 à 2 lignes et une augmentation de près de 100% de la SC après traitement sur un tableau ETDRS de mesure de l’acuité visuelle (Polat 2009 ; Tan 2005 ; Stahl & Durrie 2008 ; Durrie & McMinn, 2007).

Les patients ayant subi une chirurgie réfractive ont montré des résultats similaires (Tan 2005, Waring IV et al., non publié).

Les patients ayant subi une chirurgie d’implant intraoculaire après une extraction de la cataracte ont montré une forte amélioration de la SC et une amélioration de 1 à 1,5 lignes en AV dans une variété de Lentille Intra-oculaires monofocales et multifocales ou accommodatives (Waring IV et al. 2010).

Un travail précurseur fait sur des écoliers suggère un résultat positif après traitement dans les cas de contrôle de la myopie (Chua et al. 2007), et même si cela est encore à déterminer par une étude aléatoire en double aveugle sur plusieurs années, les découvertes les plus récentes suggèrent des résultats optimistes.

Grâce aux résultats prometteurs de l’étude précitée et compte tenu du fait que le traitement est sûr et non invasif, plusieurs spécialistes ont utilisé ce traitement pour gérer certains cas de pathologies oculaires. Parmi celles-ci : nystagmus congénital (NC) (Ben Hamo, non publié), dégénération maculaire liée à l’âge (DMLA), rétinite pigmentaire (Lyra, 2009), myopie pathologique et cécité nocturne stationnaire congénitale. Une étude multicentrique rétrospective, qui fut conduite en 2010, a déjà montré des résultats positifs dans les cas de NC.

Et à long terme ?

Il a été prouvé la persistance de l’amélioration des fonctions visuelles à long terme. En effet, plusieurs études ont mesuré la durabilité des résultats sur une période de rétention. Alors que l’amblyopie a montré une augmentation surprenante de la FSC sur la durée (Polat et al.2004), d’autres ont montré une légère régression d’environ 15% des effets du traitement après les six premiers mois post-traitement. Cependant, dans les dix huit mois qui ont suivi, aucune autre régression ne fut observée (Siow & Tan, 2008). Les études dédiées à la presbytie et aux procédures correctrices post chirurgie réfractive n’ont montré aucune régression sur les douze mois de rétention (Tan et al. 2005, Ng et al. 2007).


* SC : Sensibilité au Contraste

  FSC : Fonction de Sensibilité au contraste

   AV : Acuité Visuelle