Le kératocône

 

Maladie de la cornée

Le kératocône est une dégénérescence héréditaire de la cornée. Cette maladie se manifeste par une déformation de la cornée, entrainant myopie et astigmatisme irrégulier. Elle entraine, de par son évolution, une instabilité de la vision.

Cette pathologie apparaît le plus souvent lors de l’adolescence et peut croître jusqu’à environ 40 ans.

Bien que rarement responsable d’une cécité, cette maladie occasionne une certaine gêne visuelle dans la vie quotidienne.

 

Traitement du kératocône

Les personnes atteintes d’un kératocône, selon le stade, ne peuvent pas se faire opérer de la myopie car leur cornée est trop fine par endroit.

Il est souvent proposé, selon les stades de cette maladie, des corrections optiques nécessaires pour compenser l’astigmatisme et la myopie : lunettes, lentilles souples puis lentilles semi-rigides, ou rigides afin de ralentir la déformation de la cornée dans certains cas (à voir avec son ophtalmologiste). Si le stade de kératocône est plus avancé, les patients se verront prescrire des lentilles sclérales voire des anneaux intracornéens.

La greffe d’une cornée saine peut être envisagée mais l’attente est souvent longue et les modalités de prescriptions très précises.

Toutes les méthodes existantes agissent ainsi au niveau de l’œil pour permettre à l’image captée de se former le plus proche possible sur la rétine. Cependant, la vision est caractérisée par 2 phases, la 2ème étant l’interprétation de l’image formée par le cerveau.

 

Amélioration de la vision malgré une atteinte de la cornée

Malgré une atteinte de la cornée, il existe une solution permettant d’améliorer la vision des personnes souffrant d’un kératocône.

Le traitement RevitalVision, agissant au niveau cérébral, va aider le cerveau à mieux interpréter l’image perçue. En stimulant les neurones du cortex visuel, on peut apprendre au cerveau à mieux voir. Ainsi, même si l’œil atteint ne change pas, la plasticité cérébrale sollicitée va permettre, en 3 mois, de gagner 2/10ème d’acuité visuelle. Les connexions neuronales visuelles étant utilisées en permanence, le gain acquis est durable dans le temps.